Haute Surveillance


de Jean Genet

Création 1997/1998
Re-création 1999/2000

Ma rencontre avec l'écriture de Jean Genet fut intense, sans doute une révélation. L'évidence s'est produite avec Haute surveillance, une pièce qui raconte le quotidien de trois jeunes criminels qui confrontent leur histoire, leurs aspirations, leurs obsessions au sein d'un milieu où l'on s'amuse dangereusement à paraître. C'est un huis clos. Les personnages sont enfermés, les répliques résonnent profondément.

C’est le récit de la relation entre trois jeunes hommes, trois prisonniers, enfermés dans la même cellule.

Pour moi, Haute Surveillance raconte le désir, la tension entre ce désir et la fantasmagorie de l'univers carcéral dans laquelle ils sont plongés. Quand l'objet du désir est à portée de main, ils l'écartent, comme pour mieux s'approcher de la tragédie.

J’ai souhaité que le texte résonne complètement, en se laissant aller à un théâtre de l'instinct, de la sensualité, dans le cadre d'une rigueur formelle. En entourant le vivant de vide pour mieux le souligner.
Le décor : une île étrange (trop lisse), la cellule, support d'un moment de théâtre, perdu dans une mer de sable.

Mise en scène, scénographie, lumières : Cédric Gourmelon
Avec (création 1998) : Jean Philippe Debroize (Maurice), Vincent Guédon (Le surveillant), Cédric Gourmelon (Lefranc), Jorge Cabezas Moreno (Yeux-Verts), Nathalie Elain (La femme au saxophone), Laura Schweitzer (La femme au violoncelle)
Avec (re-création 1999) : Jean Philippe Debroize (Maurice), Cédric Gourmelon (Lefranc), Vincent Guédon (Yeux-Verts), Benjamin Guyot (Le surveillant)
Assistante à la mise en scène : Nathalie Elain
Travail sur le corps : Olivier Gelpe
Régie lumières : Nicolas Le Bodic
Musique : David Le Brecht
Régie son : Nicolas Le Bodic, David Breguerdis
Costumes : Sophie Heurlin
Construction des décors : Antoine Hordé, Nicolas Le Bodic

Production : Compagnie GZG
En partenariat avec la Ville de Rennes (1998)
Avec le soutien du Théatre National de Bretagne / Rennes, de l'ANPE-Spectacle / Rennes et de la Compagnie Stanislas Nordey (1998)
Coproduction : Théâtre Gérard Philippe, Saint-Denis (1999)
Avec le soutien du GACO (1999)

Création
du 13 au 23 janvier 1998 - Théâtre Le Vieux St Etienne, Rennes.

Re-création
du 21 septembre au 10 octobre 1999 - Théâtre Gérard Philippe / CDN de Saint-Denis

Presse

LIBERATION
Alain Dreyfus - 28/09/1999
« Il faut de la pompe et de l'apparat pour mettre en scène les royaumes carcéraux. Le dispositif austère mis au point par Cédric Gourmelon pour monter "Haute Surveillance" de Jean Genet n'en manque pas. [ … ] On ne sait pas grand-chose de Cédric Gourmelon, […] on peut en tout cas lui donner acte de ses talents de scénographe et d'éclairagiste, ainsi que de son intelligence d'un texte propice aux pires dérapages pédé-chic. »

TELERAMA
Joshka Schidlow - 9/10/1999
« Trois hommes se déplacent avec une lenteur hallucinée. Nous sommes dans l'univers carcéral recréé par Genet, poète et ancien taulard dont l'écriture transforme les crachats en fleurs. Partisan d'un théâtre qui s'apparente à une liturgie démoniaque, il aurait, c'est sûr, retrouvé ses marques dans le rituel du désir imaginé par Cédric Gourmelon. Jouant dans un registre qui combine virilité extrême et féminité caressante, les comédiens se coulent admirablement dans ces mots dictés par le vertige. »

LA CROIX
Didier Méreuze - 4/10/1999
« […] un chant profond se fait entendre, tout de douleur et de vérités secrètes, de sentiment d'enfermement en soi et de pulsions de mort... Le jeu est tendu à l'extrême, le parti-pris d'étirement du temps tenu jusqu'au bout. La représentation se fait rituel rigoureux et beau, épuré et grave, hors du temps, du réel. »

http://www.reseaulilas.fr/reseaulilas/files/gimgs/th-11_hautesurveillance2.jpg
http://www.reseaulilas.fr/reseaulilas/files/gimgs/th-11_hautesurveillance4.jpg
http://www.reseaulilas.fr/reseaulilas/files/gimgs/th-11_hautesurveillance3.jpg
http://www.reseaulilas.fr/reseaulilas/files/gimgs/th-11_hautesurveillance1.jpg